La nature de l'adoration

La nature de l’adoration

Jean 4:23-24 dit que Dieu cherche des adorateurs, pas des ouvriers ou juste de l’adoration. Est-ce que vous prenez plaisir à adorer Dieu? Est-ce que c’est l’obsession de votre vie d’adorer votre créateur? Cela devrait être ainsi, parce que la raison de votre existence est d’adorer Dieu. Vous avez été créé pour adorer Dieu (Ésaïe 43 :7 – Tous ceux qui s’appellent de mon nom, et que j’ai créés pour ma gloire, que j’ai formés et que j’ai faits); choisis pour adorer Dieu (I Pierre 2 :9 – Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière); appelés pour adorer Dieu (Psaume 95 :6 – Venez, prosternons-nous et humilions-nous, fléchissons le genou devant l’Éternel, notre créateur) et ordonné d’adorer Dieu (Apocalypse 14 :6 à 7 – Je vis un autre ange qui volait par le milieu du ciel, ayant un Évangile éternel, pour l’annoncer aux habitants de la terre, à toute nation, à toute tribu, à toute langue, et à tout peuple. Il disait d’une voix forte : craignez Dieu, et donnez-lui gloire, car l’heure de son jugement est venue; et adorez celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d’eaux).

Le catéchisme de Westminster questionne : « quelle est la raison d’être de l’homme? » Et répond « la raison d’être de l’homme est de glorifier Dieu et de l’apprécier à jamais ». Dans le Psaume 149 :2-4 nous apprenons que durant l’adoration, Dieu qui trouve sa joie en nous et nous en Lui : « Israël, réjouis-toi : Il est ton Créateur; peuple de Sion, quelle joie! Il est ton roi. Qu’on loue le Seigneur par des danses, qu’on le célèbre au rythme du tambourin et aux accords de la lyre! Car le Seigneur trouve son bonheur dans son peuple, Il honore les humbles en les sauvant. » Il devrait être évident que grandir en comprenant l’adoration et en apprenant comment adorer correctement est un objectif important pour les croyants, et d’autant plus pour les dirigeants, qui aident les autres à devenir des adorateurs.

1. Une définition de l’adoration

D’une certaine manière l’adoration lance un défi aux définitions. Elle peut uniquement être expérimentée. Mais, comme chaque expérience dans la vie, il faut lui donner une définition pour nous aider à comprendre l’expérience et à pouvoir y entrer pleinement.

1a. L’origine du mot anglais

En anglais, la traduction du verbe adorer est « to worship ». Ce mot vient d’un ancien mot anglo-saxon « Weorthscipe » (worth = valeur) (ship = bateau, navire). C’est une reconnaissance et une réaction à la valeur de Dieu. Quand nous estimons la valeur de quelqu’un, nous faisons en général quelque chose pour démontrer sa valeur. Le Psaume 96 :8 dit « Rendez gloire au nom de l’Éternel! Apportez des offrandes, entrez dans ses parvis ». Ce passage suggère que ce sont ceux pour qui Dieu a de la valeur qui apportent des offrandes!

1b. L’origine des mots bibliques

Les mots utilisés dans la Bible pour « adoration » nous révèlent la signification de l’adoration.

  1. Dans l’Ancien Testament : il y a deux mots principaux en hébreu. Le premier « Shachah » qui signifie se courber, se prostrer; et le deuxième « Abodah » qui signifie servir un supérieur.
  2. Dans le Nouveau Testament : il y a deux mots principaux en Grec. Le premier « Proskuneo » qui signifie s’avancer et baiser la main comme un acte d’adoration; et le deuxième « Leitourgia » qui signifie servir.

Notez bien que l’adoration a un double aspect : une attitude de cœur et une action de service. La définition de l’adoration présentée par Ralph P. Martin, montre deux aspects : « Adorer est la célébration artistique de Dieu dans sa valeur suprême de telle manière que Sa dignité devienne la norme et l’inspiration de l’être vivant ».

  1. L’adoration peut être comparée à deux amoureux qui se répondent l’un à l’autre. Cela engage :
  2. Toute l’attention – conscient de la présence des autres, mais centrés l’un sur l’autre
  3. L’expression des sentiments – « je t’aime »; « j’aime être avec toi, tu es parfait »
  4. L’expression d’un engagement – « je t’aimerai toujours »; « je prendrai soin de toi »
  5. Des actions qui expriment l’amour – baisers, tendresse, se tenir la main, et le sexe dans le mariage.

Dans Ésaïe 6 :1-8, un passage appelé « un exemple classique d’adoration », on découvre que l’adoration implique :

  1. La révélation (versets 1 à 4) – Dieu se révèle Lui-même et Ésaïe prend conscience de la présence de Dieu
  2. La réaction (versets 5 à 8) Ésaïe répond à la présence de Dieu.

Révélation / prise de conscience

(versets 1-4) L’année de la mort du roi Ozias, JE VIS le Seigneur assis sur un trône très élevé et les pans de sa robe remplissaient le temple. Des séraphins se tenaient au-dessus de lui; ils avaient chacun six ailes : deux dont ils se couvraient la face, deux dont ils se couvraient les pieds, et deux dont ils se servaient pour voler. Ils criaient l’un à l’autre et disaient : Saint, saint, saint est l’Éternel des armées! Toute la terre est pleine de sa gloire! Les soubassements des seuils frémissaient à la voix de celui qui criait et la maison de remplit de fumée.

Réaction :

(versets 5-8) Alors JE DIS : malheur à moi! Je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures, j’habite au milieu d’un peuple dont les lèvres sont impures et mes yeux ont vu le Roi, l’Éternel des armées. Mais l’un des séraphins vola vers moi, tenant à la main une braise qu’il avait prise sur l’autel avec des pincettes. Il en toucha ma bouche et dit : ceci a touché tes lèvres; ta faute est enlevée et ton péché est expié. J’ENTENDIS la voix du Seigneur, disant : Qui enverrai-je et qui marchera pour nous? JE RÉPONDIS : Me voici, envoie-moi.

Notez les mots du textes qui sont indiqués en lettres majuscules – ces verbes montrent à quel point Ésaïe était un participant actif dans sa rencontre avec Dieu : JE VIS (conscience de la présence de Dieu, particulièrement de sa sainteté et son exaltation) : JE DIS (confession de péché, suivie par la réception du pardon) : J’ENTENDIS (la proclamation de Dieu a été entendue par le prophète) : JE RÉPONDIS (Ésaïe se consacre lui-même pour accomplir le dessein de Dieu).

Une autre façon de comprendre l’adoration à partir du texte d’Ésaïe 6, est de considérer la trilogie de la vision : 1) la vision de Dieu : 2) la vision de soi et 3) la vision du perdu. Ceci pourrait être considéré comme (a) un parcours ascendant; (b) un parcours intérieur et (c) un parcours vers l’extérieur. Ces trois mouvements devraient se refléter dans l’expérience d’adoration.

Nous pouvons conclure notre discussion au sujet de la nature de l’adoration en suggérant la définition suivante de l’adoration : « Adorer est prendre conscience de la présence de Dieu et réagir à cette présence ». En tenant compte du concept que la présence de Dieu est tellement fondamentale pour adorer, il est judicieux de chercher à acquérir une complète compréhension de la présence de Dieu.

Mais, avant de poursuivre, considérez les définitions suivantes de l’adoration que j’ai trouvées (il serait intéressant pour vous d’analyser chacune d’elles pour voir l’idée qu’elles génèrent) :

A.W. Tozer : « Adorer, c’est sentir dans ton cœur et exprimer d’une manière appropriée un sens humble mais merveilleux d’admiration respectueuse, d’émerveillement fabuleux et d’amour surpuissant dans la présence du mystère des temps anciens, cette majesté que les philosophes appellent la Cause Première, mais que nous appelons notre Père qui est aux cieux ».

J. Oswald Sanders : « L’adoration est l’attribution aimante de louanges à Dieu pour ce qu’Il est en Lui-même et dans ses œuvres providentielles. C’est la prosternation de notre esprit le plus intérieur devant lui dans la plus profonde humilité et respect profond. Adorer est la contemplation de Dieu dans ce qu’Il Lui a plu de se révéler de lui-même en son Fils et dans les Écritures.

Evelyn Underhill : L’adoration est une réponse de totale vénération de l’homme envers le seul Dieu éternel qui s’est révélé dans le temps.

Donald Hustad : L’adoration est une confrontation complète avec le Dieu révélé dans les Écritures, avec de nombreuses possibilités de réactions. L’adoration est toute et chaque réaction digne envers Dieu.

Kenneth Gangel : L’adoration est une réponse totale par laquelle les facteurs spirituels, émotionnels et physiques collaborent pour diriger notre attention sur le Père céleste.

Langdon Gilkey : L’adoration est une réponse à la présence de Dieu, ou une réaction à la manifestation du Saint.

Paul Richardson : L’adoration c’est le temps passé dans une conscience active de la présence de Dieu.

Graham Kendrick : L’adoration, c’est Dieu qui prend plaisir en nous et nous en Lui. L’adoration est une réponse à la communion père/fils.

James White : L’adoration engage l’assemblée du peuple de Dieu s’exprimant délibérément pour atteindre la réalité, à son plus haut niveau en prenant conscience de Dieu, en et par Jésus-Christ, et en réagissant à cette prise de conscience.

Jack Hayford : L’adoration est le chemin et l’ambiance pour que les gens découvrent leur appel royal en Jésus-Christ, leur haute destinée dans la vie, leur pleine valeur personnelle et leur épanouissement humain le plus profond. L’adoration est un moyen par lequel on peut réaliser la présence de Dieu de manière tangible. L’adoration est une occasion pour l’homme d’inviter la puissance et la présence de Dieu à se manifester sur ceux qui l’adorent.

Dr. Vernon Grounds : L’adoration implique la prise de conscience de Dieu, le respect dans sa présence, son adoration pour son excellence et ses œuvres et l’affirmation dans la louange de tout ce qu’Il est et tout ce qu’Il fait.

Leslie B. Flynn : L’adoration c’est donner à Dieu la gloire, la louange, l’honneur et les remerciements qui lui sont dus, à la fois pour ce qu’Il est et pour ce qu’Il a fait.

Warren Wiersbe : L’adoration est la réponse du croyant à tout ce qu’il est – esprit, émotion, volonté et corps – à tout ce que Dieu est, dit et fait. Cette réponse a son côté mystique dans l’expérience subjective, ainsi que son côté pratique dans l’obéissance objective à la vérité révélée de Dieu. C’est une réponse d’amour qui est équilibrée par la crainte du Seigneur et c’est une réponse approfondie quand le croyant acquiert une meilleure connaissance de Dieu.

Judson Cornwall : L’adoration est une attitude de cœur, un élan vers Dieu, un flot qui jaillit de nous-mêmes en remerciements, louange, adoration et amour pour le Dieu qui nous a créés et à qui nous devons tout ce que nous avons et tout ce que nous sommes. L’adoration est l’interaction de l’esprit humain avec Dieu dans une réponse d’amour.

A.P. Gibbs : L’adoration est le débordement d’un cœur reconnaissant, dans un sentiment d’approbation divine.
Jo King : L’adoration est une réponse à Dieu. C’est aimer Dieu en présence des autres et aimer les autres en présence de Dieu.

Alasdair Verschoyle : L’adoration est une profonde vénération intime de Dieu qui comprend des célébrations et des déclarations. L’adoration, c’est attribuer de la valeur à celui qui en est digne, c’est une expérience avec Dieu et c’est une réaction spontanée au caractère de Dieu. L’adoration est une réponse individuelle et personnelle à la révélation de Dieu au milieu de son peuple.

Richard Foster : Adorer c’est expérimenter la réalité, c’est toucher la vie. C’est savoir, sentir, expérimenter le Christ ressuscité au sein de l’assemblée réunie. C’est percer la « Shekinah » (gloire) de Dieu, ou mieux encore, être envahi par la gloire de Dieu.

Robert Bailey : L’adoration c’est reconnaître la valeur suprême de Dieu. L’adoration, c’est la prière et la louange au Dieu tout-puissant qui nous remplit de joie pour ce qu’Il est et nous transforme en une communion vivante avec Lui dans l’essence même de la vie.

William Temple : Adorer c’est stimuler la conscience par la sainteté de Dieu, remplir son esprit par les vérités de Dieu, purger l’imagination par la beauté de Dieu, ouvrir le cœur à l’amour de Dieu, livrer la volonté aux desseins de Dieu. Tout ceci est rassemblé dans ce sentiment qui nous purifie de l’égocentrisme parce que c’est le plus désintéressé des sentiments, l’adoration.

Franklin Segler : l’adoration du chrétien est la réponse humaine d’amour dans la foi personnelle à la révélation personnelle de Dieu en Jésus-Christ. L’adoration est la communion de l’homme avec Dieu en Jésus-Christ, cette communion consciente étant produite par le Saint Esprit dans l’esprit de l’adorateur.

Ralph Martin : L’adoration est la célébration artistique de Dieu dans sa valeur suprême, de telle manière que sa dignité devienne la norme et l’inspiration de la vie humaine.

Dr. R.A. Torrey : L’adoration c’est la contemplation de Dieu.

John Mac Arthur : L’adoration c’est donner honneur et respect à Dieu.

Bob Mumford : L’adoration est une rencontre personnelle.

Don Nori : L’adoration est notre joyeuse réponse à la présence manifeste de Dieu. Le but est de diriger et régner avec lui, en permettant au Seigneur Jésus de se manifester dans notre chair, dans cette vie.

Rob Frost : L’adoration, c’est l’occasion pour les gens occupés d’atteindre les choses éternelles, pour les pécheurs d’apercevoir les choses saintes, pour les gens brisés d’être enveloppés dans son amour parfait. L’adoration agit au-delà de nos vies égocentriques pour rencontrer celui qui nous a créés pour quelque chose de meilleur.

Laurence Richards : L’adoration engage une réponse du peuple de Dieu qui attribue de la valeur à Dieu pour ce qu’Il est par nature.

Robert Webber : L’adoration est une rencontre personnelle avec Dieu par laquelle nous l’honorons, le magnifions et le glorifions pour sa personne et ses œuvres.

Anonyme : La véritable adoration est cet exercice de l’esprit humain qui nous confronte avec le mystère et les merveilles de Dieu auxquels la réponse la plus appropriée et la plus salutaire est un amour qui adore.

Erik Routley : L’adoration, c’est la routine, ponctuée de réjouissances. L’adoration, c’est lorsque le cœur est libre d’aimer et l’esprit libre de penser.

Thomas Emswiler : L’adoration est la célébration et l’affirmation de l’amour de Dieu dans le monde.

Ronald Allen : L’adoration est une réponse active à Dieu par laquelle nous déclarons sa valeur. Adorer Dieu, c’est lui accorder la valeur suprême car Il en est seul digne.

J.N. Darby : L’adoration, c’est l’honneur et la vénération qui sont rendus à Dieu pour ce qu’Il est en Lui-même, et ce qu’Il est pour ceux qui le lui rendent.

Clément d’Alexandre : L’adoration est une célébration. Tout dans la vie est un festival : étant persuadé que Dieu est présent partout, de tous côtés, nous Le louons quand nous cultivons la terre, nous chantons des cantiques quand nous semons les grains, nous sentons son inspiration dans tout ce que nous faisons.

Anonyme : L’adoration est un processus qui dure toute une vie pour connaître Dieu et être connu de Dieu.

Ben Patterson : Adorer est reconnaître la dignité de Dieu, s’humilier et servir Dieu, entrer dans la pièce de théâtre rituelle – l’histoire des actes du salut en Jésus-Christ par le Dieu Puissant.

Krister Stendahl : L’adoration, c’est être confronté avec un sentiment d’admiration, une perception de notre péché, une recherche d’élimination et de purification et un appel à servir.

Duane Arnold : L’adoration, c’est entrer dans la louange de Jésus-Christ et non notre plaisir; ses desseins et non pas nos projets; sa vie de rédemption et non pas nos expériences négatives; sa vérité éternelle et non pas notre prospérité temporelle.

Anonyme : L’adoration c’est une réponse à Dieu qui se traduit en servant les autres.

Lyla White : L’adoration c’est notre réponse active à Dieu et à sa bonté.

Roger Pittelko : L’adoration est une reconnaissance de la majesté de Dieu.

Ronn Huff : L’adoration est une attribution active de la valeur de Dieu dans le corps de Christ.

A.H. Strong : L’adoration est la communion formelle entre Dieu et son peuple. Dieu parle à l’homme et l’homme à Dieu.

E.F. Harrison : L’adoration est une vénération pure, l’élévation de l’esprit sauvé vers Dieu, dans la contemplation de sa sainte perfection.

Gaine Dobbins : L’adoration, c’est l’interruption de notre routine quotidienne pour reconnaître la valeur suprême de Dieu, pour le louer pour sa bonté, pour méditer sur sa sainteté, pour renouveler notre engagement à le servir.

Carol Mundy : L’adoration est la réponse à la présence de Dieu – en l’aimant pour ce qu’Il est.

Michael Cassidy : L’adoration implique d’attribuer l’absolue majesté, la grandeur et la bonté de Dieu notre Père, pour faire une interruption de notre être intérieur et le tourner vers Dieu dans une totale adoration.

Tom Inglis : L’adoration est une conscience permanente de la présence de Dieu et une réponse permanente à Dieu. L’adoration est l’effusion ou le débordement de l’être entier, esprit, âme et corps, avec le sentiment d’une grâce divine dans la présence de Dieu.

Geoffrey Wainwright : L’adoration chrétienne implique une rencontre par laquelle Dieu nous parle et nous témoigne son amour, et par laquelle nous lui offrons nos louanges et remerciements, cherchons son pardon et renouvelons nos engagements, demandons son aide et lui confions notre avenir.

John Wimber : L’adoration est une expression d’amour entre l’épouse (corps de Christ) et l’époux (Jésus-Christ). L’adoration est l’amour donné librement à Dieu, c’est l’expression de la crainte de Dieu et du respect pour Dieu.

Carl Tuttle : L’adoration est le désir de connaître Dieu, de se tenir en sa présence, pour rencontrer Dieu, une attente de Dieu qui vient demeurer au milieu de son peuple. L’adoration, c’est venir devant Dieu dans l’attente de voir une manifestation de sa présence. Adorer est révérer et rendre hommage à Dieu, un acte de profonde adoration, donner à Dieu la gloire due à son nom, se courber devant lui, tomber à ses pieds, être comme un chiot aux pieds du maître, se tourner dans sa direction et embrasser, levant les mains en abandon total, se rapprochant de Dieu, en le bénissant et en le servant, étant dans une totale crainte de Dieu, nous donnant à Lui dans une affection d’amour et faire tout cela en esprit et avec honnêteté.

Bruce Leafbad : L’adoration est ce processus par lequel nous plaçons Dieu à la première place dans notre vie.

Barry Liesch : Adorer Dieu, c’est se prosterner devant lui et le servir. L’adoration est l’acte par lequel nous déclarons à Dieu que nous l’apprécions, affirmant qui il est et ce qu’il a fait, et lui répondant par la louange, l’adoration, les remerciements et le respect.

Raymond Bailey : L’adoration c’est l’expression de l’amour de Dieu au travers de toute la personne. L’adoration est la réaction humaine d’amour à l’action d’amour de Dieu – le créateur agit : les créatures répondent.

R.G. Rayburn : Adorer Dieu, c’est lui attribuer le mérite, car il en est digne.

J. Thompson : L’adoration est un service offert à Dieu, pas seulement en terme d’adoration dans le temple, mais en service envers les autres. Pour offrir cette adoration à Dieu, ses serviteurs doivent se prosterner eux-mêmes et donc manifester une crainte révérencielle de Dieu, du respect qui l’honore et de l’admiration.

W.E. Vine : L’adoration est la reconnaissance directe à Dieu, de sa nature, ses attributs, ses voies et ses droits, que ce soit par la louange qui vient du cœur et les remerciements ou par des actes posés dans cette reconnaissance.

Frank Colquhoun : L’adoration, c’est l’homme qui reconnaît la « worthship » (véhiculer la valeur) de Dieu. C’est la tentative de l’homme de donner au Seigneur la gloire qui lui est due en tant que créateur et rédempteur. L’adoration est une obligation, une activité et une réponse.

Sally Morgenthaler : L’adoration chrétienne, ce n’est pas seulement offrir tout ce que nous sommes à un Dieu saint. C’est une réponse délibérée de louange, de reconnaissance et d’adoration. Dieu, celui révélé par la Parole, s’est fait connaître à nous et s’est rendu accessible en Jésus-Christ et est attesté dans notre cœur par le Saint-Esprit. Dans une véritable adoration, nous partageons l’amour avec Dieu qui est présent, ce Dieu qui nous parle dans le présent, qui a fait et continue à faire des choses merveilleuses.

Pour moi, la meilleure façon de décrire l’adoration est : « L’adoration est prendre conscience de la présence de Dieu et réagir à Sa présence avec une expression verbale ou active d’amour et de consécration. » Réfléchissez à ces définitions et complétez la phrase suivante :

L’adoration est…

2. La présence de Dieu

En parcourant la Bible, vous découvrirez que le concept de la présence de Dieu est tellement courant qu’il peut être considéré comme un thème d’unité dans les Écritures.

2a. La Présence de Dieu dans la Bible

La présence de Dieu est l’une des vérités les plus fondamentales de la Bible. Si nous pouvions seulement savoir, sentir et nous rapprocher du Dieu qui est présent en nous à chaque instant de chaque jour, notre adoration en serait révolutionnée. L’aperçu suivant de l’enseignement biblique sur la présence de Dieu peut nous aider :

(1) La création – Les Écritures commencent par la présence de Dieu « au commencement » comme créateur du monde (Genèse 1 :1). Ce Dieu créateur prépare une place pour y mettre sa pièce maîtresse, l’homme. Une fois le processus achevé, nous lisons comment Dieu se promenait dans le jardin avec Adam et Ève (Genèse 2 :28). L’homme, fait à l’image de Dieu, entendit Dieu dire « Maintenant, vis dans ma présence et adore-moi – car c’est là ton destin. Engendre et remplit le monde d’adorateurs ».

(2) Le nom de Dieu – Dans le second livre de la Bible nous voyons Dieu qui apparaît à Moïse et révèle son nom « Yahvé » (Exode 3 :11-15), du verbe « être » – décrivant Dieu comme le Dieu qui est présent, vivant au milieu de son peuple (Nombres 35 :34). Le peuple d’Israël savait que Dieu était présent par le symbole de la nuée durant le jour et la colonne de feu durant la nuit (Exode 13 :21) et la Gloire de Dieu qui remplissait le tabernacle (Exode 40 :34).

(3) Les lieux – Ce Dieu qui était présent, a choisi d’identifier sa présence en différents endroits :

(a) Le temple de Moïse (Exode 25 :8, 22; 40 :34);
(b) La ville de Jérusalem (Deutéronome 12 :4-7; 2 Chroniques 6 :5-6)
(c) Le temple de Salomon (2 Chroniques 5 :1; 6 :1-2)

(4) Universel – La manifestation locale de la présence de Dieu ne signifiait pas que Dieu ne se trouvait qu’à un seul endroit à un moment donné. Nous parlons d’un Dieu omniprésent. Dr. Rex Mathie a dit un jour : « Tout de Dieu est présent partout en tout temps » (voir Psaume 41 : 12; Jérémie 23 :23-24). J. Oliver Buswell a dit : « Tout dans l’univers est immédiatement dans la présence de Dieu ». Dans le Psaume 139 :7-11 nous voyons la joie et la sécurité qui découlent lorsque le croyant sait que Dieu est présent, alors que dans Amos 9 :1-4 nous voyons la terreur de l’incroyant et son impossibilité à se cacher du Dieu qui est présent pour juger.

(5) La promesse – À Travers tout l’Ancien Testament, nous voyons cette promesse de Dieu « Je serai avec toi » (Genèse 26 :3; Deutéronome 31 :23; Josué 1 :5, 9; 1 Rois 11 :38; Ésaïe 43 :1, 2, 5; etc.) Le Dieu qui est présent a promis d’être avec Son peuple. Il est intéressant de noter que, chaque fois qu’un homme du peuple de Dieu se trouvait face à la difficulté d’un défi, ils ont entendu Dieu leur promettre d’être présent avec eux. Quelques exemples incluent : Isaac qui s’inquiétait pour sa survie (Genèse 26 :3); Jacob qui craignait Laban (Genèse 31 :3); Moïse qui avait peur de Pharaon (Exode 3 :12); Josué dépassé par sa tâche de conduire le peuple dans le pays promis (Josué 1 :5); Gédéon qui avait peur de ses ennemis (Juges 6 :16); Jéroboam qui craignait le pouvoir en place (1 Rois 11 :38); Josaphat
qui avait peur de l’ennemi (2 Chroniques 20 :17); et Jérémie dépassé par son appel (Jérémie 1 :8).

(6) Les prophètes – Tous les prophètes ont expérimenté la présence de Dieu et ont fait référence au Dieu qui est présent parmi son peuple (voyez par exemple Ésaïe 7 :14; Jérémie 1 :8; Aggée 1 :13)

(7) Le mot – Le mot hébreu pour « présence » est souvent traduit par « devant Lui », et signifie littéralement « devant la face ou sous les yeux de ». Lorsque le regard de quelqu’un est fixé sur une autre personne, ils sont dans la présence d’un autre. Ainsi, nous avons un Dieu dont la face est tournée vers Son peuple. Notre Dieu est présent dans le sens qu’il nous regarde pour être activement impliqué.

Résumé : La présence de Dieu est un concept-clé de l’Ancien Testament. À travers la création et par son Nom nous pouvons rencontrer le Dieu qui est présent. Malgré le fait que Dieu soit universel, il a choisi de localiser sa présence dans le tabernacle, le temple et à Jérusalem pour apprendre au peuple comment entrer en contact avec lui. Il vivait encore avec son peuple partout où il était. Il a promis fréquemment d’être avec son peuple!

(8) Dans les Évangiles – L’évangile de Matthieu nous présente Jésus comme le Roi, qui est Dieu présent avec nous. Matthieu commence par la naissance de Jésus, où Jésus est présenté comme « Emmanuel », ce qui signifie « Dieu avec nous » (1 :23). Au milieu de son livre il cite les paroles de Jésus-Christ, « Là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux » (18 :20). Il conclut son évangile par la Grande Mission et les paroles de Jésus-Christ « Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (28 :20). Jean, dans son évangile, présente Jésus comme la Parole, qui est Dieu (1 :1), qui s’est faite chair (1 :14), qui est le seul Fils de Dieu (1 :14) et qui révèle le Père (1 :18). Pour Jean, la présence de Dieu est clairement révélée en Jésus-Christ, car il parle souvent de la gloire liée à Jésus, rappelant à ses lecteurs les passages de la gloire de Dieu qui était révélée dans le temple de l’Ancien Testament (1 :14; 2 :11; 11 :40; 12 :41; 17 :1-24).

(9) Dans le croyant – Jésus-Christ introduit le concept de Dieu vivant en l’homme. Il a dit « Si quelqu’un m’aime, il gardera mes commandements. Mon père l’aimera et nous viendrons à lui pour demeurer avec lui » (Jean 14 :15-18). Dieu vit dans le croyant – qui est appelé le temple de Dieu (1 Corinthiens 6 :19) « Savez-vous que vous êtes le temple du Saint-Esprit, qui est en vous ».

(10) Dans l’Église – Alors que l’individu est appelé un temple dans le Nouveau Testament, il est aussi question de l’église en tant que Temple de Dieu (2 Corinthiens 6 :16) « Car nous sommes le temple du Dieu vivant ». Paul dit que le peuple de Dieu est  » édifié ensemble pour être une habitation de Dieu en Esprit » (Éphésiens 2 :22).

(11) Dans la Nouvelle Jérusalem – Dans Apocalypse 21 :3 nous lisons que, dans les nouveaux cieux et la nouvelle terre, la présence de Dieu sera connue dans une plus grande mesure qu’actuellement. « Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, ils seront son peuple et Dieu lui-même sera avec eux ». Nous lisons aussi dans les prophéties de l’Ancien Testament que le nom de la ville sera « Yahweh Shammai » (Ezéchiel 48 :35) qui se traduit par « Le Seigneur est là ».

Résumé : La présence de Dieu dans le Nouveau Testament a été manifestée par le Seigneur Jésus. Dieu s’est fait une résidence permanente dans la vie du croyant et l’Église universelle est le temple de Dieu. Nous attendons avec impatience notre destination finale – un endroit où la présence de Dieu sera plus intime!

2b. Le problème de l’insensibilité

Comment se fait-il que la réalité du Dieu tout-puissant, le créateur de la terre et des cieux, vivant en nous, n’ait pas l’impact sur nous qu’elle pourrait et devrait avoir? Le problème est que nous ne sommes pas conscients de la présence de Dieu. En tant que chrétiens, nous essayons de vivre « au radar ». Nous ne sommes pas conscients que Dieu est toujours avec nous.

1- Pourquoi ignorons-nous la présence de Dieu? James Denney, dans son ouvrage « La Mort de Christ » a écrit : « Parfois j’envie les prêtres catholiques. Ils se baladent tout le temps avec un crucifix. J’ai besoin d’un rappel de la croix de Jésus car j’oublie si facilement ce que Jésus a fait pour moi par sa mort pour nous ». Il y a au moins trois raisons à notre manque de conscience de la présence de Dieu :

(a) Dieu est invisible – nous ne percevons pas Dieu normalement avec nos cinq sens;
(b) Dieu est mis de côté – notre emploi du temps chargé fait que nous le négligeons; et
(c) Nous ne nous disciplinons pas à penser à Dieu – nous nous contentons de nous adresser à Lui à l’église ou dans nos cultes personnels.

2- Exemples bibliques d’ignorance – parmi d’autre cas, nous trouvons les références suivantes de personnalités bibliques qui n’ont pas été conscients de la présence de Dieu :

(a) Jacob (Genèse 28 :10-17);
(b) Les disciples d’Emmaüs (Luc 24 :13-16, 30-31); et
(c) Les disciples de Jésus (Jean 21 :4, 7).

3- La récompense de la connaissance – Si nous pouvions vivre en pleine conscience de la présence de Dieu, nous pourrions expérimenter :

(a) L’intimité – quand nous dialoguons avec Dieu nous nous rapprochons de Lui (Psaume 63 :6-8);
(b) La sécurité – quand nous savons que Dieu est avec nous, nous n’avons aucune crainte (Psaume 16 :8; Ésaïe 43 :11); et
(c) La sainteté – quand nous passons du temps dans la présence de Dieu nous sommes transformés à sa ressemblance (Actes 4 :13; 2 Corinthiens 3 :18).

2c. La louange : se mettre au diapason de la présence de Dieu

La solution à ce manque de conscience de la présence de Dieu réside dans le fait de se mettre au diapason de la présence de Dieu. Si nous pouvons apprendre à prendre conscience de la présence de Dieu, apprendre à nous rapprocher du Dieu qui est toujours avec nous, alors l’adoration deviendra un mode de vie et nous grandirons dans la ressemblance à Christ.

David, le psalmiste, a appris à vivre en étant conscient de la présence de Dieu. Nous lisons ce qu’a écrit David dans le psaume 16 :8 « Je contemple l’Éternel constamment devant moi ». Littéralement « Je place l’Éternel constamment en proéminence ». Dans le psaume 63 :1-8 aussi, lorsque David était au désert, loin du temple, il adorait le Dieu qui était présent. Il avait une relation spontanée avec Dieu parce qu’il était continuellement conscient de sa présence.

Nous avons besoin de nous familiariser avec la présence de Dieu. Mais comment faire cela? Une chose est certaine, comme l’a souligné le Frère Lawrence dans son ouvrage « The Practice of the Presence of God » – ce n’est pas quelque chose qui vient naturellement. Nous n’apprendrons à expérimenter la présence de Dieu que dans une réalité continue exigeant plus d’efforts et de discipline. Ci-après quelques suggestions pour nous familiariser avec la présence de Dieu :

  1. Remémorez-vous la réalité de la présence de Dieu – au fil de la journée essayons de trouver des moyens de secouer notre mémoire pour nous rappeler que Dieu est avec nous.
  2. Décidez de parler constamment avec Dieu – Nous devons prendre la décision de communiquer avec Dieu aussi souvent que possible tout au long de la journée.
  3. Si vous oubliez que Dieu est avec vous, confessez-le et poursuivez avec Lui – Nous ne devons pas permettre à la culpabilité de remplir notre cœur quand nous réalisons que nous avons oublié Dieu – simplement le confesser et continuer.
  4. Faites tout, même les tâches courantes, pour le Seigneur (Colossiens 3 :17, 23). Si nous pouvons nous conditionner à faire tout comme pour le Seigneur, nous serons capables de l’impliquer dans toute notre vie.
  5. Prenez le contrôle de vos sens pour qu’ils dirigent votre âme vers Dieu – nous devons utiliser les sens que nous utilisons normalement dans la vie (vue, ouïe, goût, toucher et odorat) pour orienter notre attention vers Dieu.
  6. Expérimenter Dieu continuellement doit devenir votre but – nous devons arriver au stade où nous faisons accroître la conscience de la présence de Dieu dans notre cœur et où nous décidons sciemment d’expérimenter Dieu autant que possible.

2d. L’adoration : une réponse à la présence de Dieu

La louange est le mot utilisé pour décrire l’acte par lequel nous déclarons les qualités d’une personne. Lorsque, dans la présence de Dieu, nous répétons la grandeur de ce qu’Il est, alors nous commençons à sentir qu’il est vraiment présent! Quand nous sommes conscients que Dieu est vraiment présent, nous sommes capables de passer de la louange à une expression d’adoration. Il est vital d’être conscient de sa présence car l’adoration ne vient pas de manière distante, mais c’est la réponse personnelle de notre cœur à la présence de Dieu. Malgré qu’il ne faille pas chercher un contraste trop strict entre ces deux mots : la louange et l’adoration, il faut reconnaître qu’il est intéressant de faire une distinction :

  1. la louange est une expression de ce que Dieu a fait (Psaume 28 :6) alors que l’adoration est une réaction à ce que Dieu est (Psaume 29 :2); et
  2. La louange c’est entrer dans la présence de Dieu (Psaume 95 :1-5) alors que l’adoration est une réaction à la présence de Dieu (Psaume 95 :6-7)

3. Une description de l’adoration

Alors que définir l’adoration est utile, mais s’avère un exercice difficile, il est également utile de décrire ce qui est impliqué dans l’adoration.

3a. La célébration

Le Psaume 145 :3-7 révèle qu’en adorant nous célébrons les actes puissants de Dieu, lorsque remplis de joie nous énonçons ses bienfaits pour nous. Quand nous nous souvenons de tout ce qu’il a fait pour nous et en nous, nous célébrons sa bonté.

3b. Un mode de vie

Dans Actes 4 :13, nous voyons le grand impact que la présence de Jésus avait sur ses disciples. La présence de Dieu a un effet sur notre vie. Découlant de notre relation avec Dieu, notre réaction d’adoration est d’offrir notre vie comme un sacrifice vivant (Romains 12 :1). Hébreux 13 :15-16 montre que notre adoration comprend :

  1. De la louange de reconnaissance (« un sacrifice de louange »);
  2. Un témoignage sans retenue (« le fruit de lèvres qui confessent son nom »);
  3. Un service compatissant (« n’oubliez pas la bienfaisance »); et
  4. La générosité (« partager avec les autres »). Si nous n’adorons pas durant la semaine avec nos lèvres et notre vie, il sera difficile d’adorer le dimanche à l’église. Dieu cherche des adorateurs qui se donnent à fond dans un mode de vie de louange et d’adoration.

3c. Une réponse

Dans Ésaïe 6 :5-8, nous découvrons que l’adoration est une réaction à la présence de Dieu et à ses présents. Durant l’adoration, nous répondons à Dieu en le remerciant pour ce qu’Il est et pour ce qu’Il a fait (Apocalypse 5 :9-10). Clément d’Alexandre nous montre ce que peut être une vie vécue dans la conscience de la présence de Dieu et en répondant activement à la présence de Dieu : « Toute notre vie est une fête, étant persuadé que Dieu est présent
partout, de tous côtés, nous le louons en travaillant la terre, nous chantons des cantiques en plantant les semences, nous ressentons son inspiration dans tout ce que nous faisons ».

3d. Un dialogue

L’adoration engage une communication à double sens entre Dieu et les gens. Dieu nous parle et nous répondons en lui parlant. En fait, l’adoration est un trialogue parce que dans l’adoration :

  1. Nous exprimons de l’adoration à Dieu (ceci est l’adoration qui engage la reconnaissance, la louange et l’adoration);
  2. Dieu s’adresse à nous (ceci est l’exhortation qui engage la Parole et l’inspiration de l’Esprit);
  3. Nous nous adressons les uns aux autres (ceci est l’affirmation qui engage le partage et la prière). Colossiens 3:16 nous montre ces trois dimensions : « Que la parole du Christ habite en vous avec sa richesse, instruisez-vous et avertissez-vous réciproquement, en toute sagesse, par des psaumes, des hymnes, des cantiques spirituels; sous l’inspiration de la grâce chantez à Dieu de tout votre cœur ».

3e. Une participation

L’adoration n’est pas un sport de spectateurs. Elle engage la célébration active de Dieu de la part des participants. Nous voyons dans l’expérience d’Ésaïe, qu’il était un participant actif et non un spectateur passif dans la rencontre qu’il avait avec Dieu. Dans le prochain chapitre, nous allons découvrir que dans l’adoration l’auditoire c’est Dieu, les gens sont les acteurs et le conducteur de louange est le souffleur. Dans la louange, il n’y pas de place pour les observateurs vautrés dans leur fauteuil; pas de place pour les milliers de spectateurs assis dans les gradins en regardant « la partie » – chacun est sensé être sur le terrain.

Version PDF de cet article

Cet article a été traduit par Mme Joëlle Richir. Mark Tittley est marié et père de deux enfants. Il a exercé un ministère depuis de nombreuses années auprès des jeunes et dans l’enseignement de la direction de la louange. Il a une licence en théologie. Vous pouvez lui écrire à l’adresse suivante : mark@btc.co.za. Cet article est le chapitre 1 de son « Worship manual ». Il a été traduit et publié par le Ministère de louange avec son autorisation personnelle.

Laisser votre commentaire