Questions et problèmes communs que doivent faire face les équipes de musique d'aujourd'hui.

Questions et problèmes communs que doivent faire face les équipes de musique d’aujourd’hui.

Je dois faire face au dilemme de l’habileté par rapport à l’attitude. Nous avons certains très bons musiciens, mais ils ne semblent pas très engagés envers notre équipe de musique. Ils sont davantage intéressés par la musique des groupes dans lesquels ils jouent. De même, j’ai des gens qui aimeraient désespérément jouer le dimanche, qui sont
fidèles à toutes les pratiques, mais qui ne sont pas très bons! Quelle devrait être ma priorité?

Dans un monde idéal, vous devriez travailler à améliorer l’attitude des premiers et l’habileté des seconds! Et si vous pouvez bien structurer le tout, peut-être qu’ils pourront apprendre les uns des autres …

Premièrement, ne mesurez pas l’engagement simplement par le nombre de pratiques qu’ils peuvent faire. Meilleur est un musicien, plus il sera en demande de la part de d’autres groupes et projets. Évidemment, vous avez besoin qu’ils soient à la pratique, etc., mais vous pouvez avoir besoin d’être flexible et prêt à modifier des choses de temps en temps pour les aider à remplir leurs autres engagements.

La question la plus importante est, sont-ils des adorateurs de coeur? Avez-vous le sentiment que leurs cœurs sont assoiffés pour Dieu? Si oui, gardez-les et aidez-les à faire grandir la passion pour diriger les autres dans la présence de Dieu. Priez pour et avec eux, et à mesure que leur besoin grandit, ils voudront mettre une priorité d’être impliqué durant le culte.

Avec des gens qui sont enthousiastes mais qui ont des habiletés limitées, en dépit du fait que c’est bien de les amener plus loin, s’ils sont poussés trop loin en dehors de leurs capacités, vous pouvez détruire toute la confiance qu’ils ont. Il est possible de travailler des parties très simples pour les instruments, qui néanmoins sont efficaces pour le son en général. Trouvez leurs limitations et travaillez à l’intérieur de celles-ci. Prenez le temps de préparer et de développer
des parties pour les instrumentistes qui ne sont pas suffisamment sûrs d’eux pour jouer en lecture à vue. Laissez-les apporter la musique à la maison pour qu’ils puissent la pratiquer.

Bien sûr, la chose la plus difficile est d’apporter la nouvelle à ceux qui ne sont pas vraiment suffisamment bons pour jouer durant le culte. Des phrases comme « vous n’êtes pas encore prêt » sont meilleures que « vous n’êtes pas assez bon », mais n’implique pas une gloire future qui est supposée vous environner plus tard!

Il est aussi important pour les gens de réaliser que Dieu donne des talents aux gens pour différentes raisons. Certains talents musicaux sont pour une scène internationale, certains autres pour les regroupements nationaux ou régionaux, d’autres sont simplement pour l’église locale, certains pour de petits groupes et enfin sont pour un usage privé devant Dieu. Quel que soit le niveau, ils peuvent tous être utilisés pour donner la gloire et la louange à Dieu, et les gens doivent être vigilants car l’ambition pour la reconnaissance personnelle peut surpasser le désir de servir.

J’apprécie vraiment le culte lors de grosses célébrations, mais si je les compare avec la situation de l’église locale, avec moins de musiciens talentueux, moins de liberté pour se laisser aller et le reste, cela peut être assez déprimant! Comment est-ce que vous « ramenez cela à la maison »?

La réponse est simple, vous ne le faites pas! Les grandes conférences et les semaines bibliques sont un moment de rafraîchissement et de ressourcement, mais essentiellement, ce sont des situations « fausses ». Aucune église locale n’est comme cela dans le monde réel; même si vous avez de grands musiciens disponibles, et qu’on vous donne carte blanche pour « faire votre affaire » à chaque semaine, je doute que l’église ait le même sens de l’anticipation et de
l’excitation chaque dimanche matin! Alors, ne vous découragez pas parce que votre culte hebdomadaire n’a pas la même allure « spéciale ».

De toute façon, appréciez les grandes occasions, ramassez les idées, les nouvelles chansons, et surtout un sentiment de la présence de Dieu. Mais priez et attendez-vous que Dieu envahisse aussi les périodes de louange de votre église. Vous pouvez ne pas avoir de grands musiciens ou de grandes assistances, mais Dieu aime quand même demeurer avec et travailler à travers son peuple que vous rencontrez régulièrement. En fait, je crois personnellement que Dieu est beaucoup plus intéressé par la manière qu’une église locale fait son culte, semaine après semaine dans sa communauté locale, que durant le grand rassemblement annuel, parce que l’église locale est là où ça compte vraiment, et l’église locale est l’endroit où Dieu va commencer à agir puissamment à travers la nation.

Nous désirons introduire un culte plus progressif à notre église, avec une plus grande utilisation de nouvelles chansons. Mais notre diacre garde un contrôle serré, choisissant toujours ce qui est chanté à chaque semaine, et conservant les vieux favoris. Comment pouvons-nous l’influencer?

Si vous êtes un conducteur de louange, et que malgré cela c’est toujours quelqu’un d’autre qui choisit les chansons pour vous, cela peut être une expérience très frustrante. Toutefois, cela peut être utile de vous demander à vous-même pourquoi les choses sont telles qu’elles le sont, avant d’essayer de faire faire à votre diacre les choses différemment!

C’est peut-être parce qu’il est prudent avant de déléguer les choses à quelqu’un d’autre qui peut « dépasser les bornes ». C’est peut-être parce qu’il veut s’assurer que les chants choisis s’insèrent dans le thème du culte et du sermon. C’est peut-être simplement parce que les choses ont toujours été faites de cette manière. Discerner la raison va affecter la manière que vous allez aborder la question.

Dans le premier cas, la réponse est la confiance. Il ou elle peut ne pas savoir quel genre de période de louange vous avez en tête, et c’est l’inconnu qui rend la personne réfractaire à laisser aller les choses. Commencez par accepter le but essentiel et les éléments du culte public, et comment ces choses peuvent être exprimées de manière adéquate dans votre église. Discutez avec la personne sur la manière que vous pouvez structurer une période de louange,
et quelles sont les choses que vous aimeriez voir se produire (et ne pas se produire!). Si nécessaire, déterminez les paramètres qui sont acceptables et ceux qui ne le sont pas. Si vous pouvez bâtir une relation de confiance, la personne peut vraiment accueillir favorablement l’occasion de se débarrasser de certains fardeaux d’avoir à tout planifier, s’il est confiant que vous n’allez pas rendre fou la moitié de l’église et rendre sa vie misérable pour les deux
prochaines semaines!

La seconde question en est une de communication. Des chansons appropriées sont très utiles pour préparer les gens pour la prédication ou une lecture particulière. Si vous discutez à l’avance du modèle et du contenu du culte, cela peut vous permettre de choisir quelques chansons qui vont correspondre à la direction du culte, sans exclure des chants moins spécifiques de louange et d’adoration. Il peut être approprié au début de s’asseoir ensemble pour travailler la liste de chansons; vous pouvez lui introduire de nouvelles chansons, et ainsi d’élargir sa connaissance au sujet du type de matériel qui est disponible sur différents sujets.

Si la tradition est la question, mettez-le au défi de réfléchir à savoir comment les choses peuvent être améliorées. Les traditions sont souvent là pour de bonnes raisons, mais il est important de les identifier, et de les changer quand elles ne sont plus appropriées.

Nous sommes vraiment à court de musiciens, particulièrement dans la section rythmique. Comment pouvons-nous interpréter les chansons rythmées sans basse électrique et batterie?

C’est un problème généralisé, particulièrement dans les plus petites églises ou dans celles où les musiciens sont rares. Toutefois, il y a des façons de donner aux instruments que vous avez un rôle plus rythmique qui aide à combler le manque de batterie et de basse électrique.

La chose importante de travailler d’abord est le style rythmique de la chanson en particulier. Si vous avez une bonne oreille contemporaine, vous serez capable de dire quand le rim/snare se produit, et quel genre de rythme le kick drum/bass suit. Sinon, écoutez un enregistrement de la chanson.

Encouragez votre pianiste à suivre la ligne du bass/kick avec sa main gauche, la gardant simple mais solide. Si vous avez une guitare acoustique, on peut mettre un accent sur le temps du snare avec un battement vers le bas plus fort. Le motif de strumming peut aussi aider à stimuler le mouvement du hi-hat.

De plus, l’utilisation de la percussion peut vraiment être efficace. La percussion est évidemment plus facile à obtenir et à jouer qu’un jeu complet de batterie, mais gardez en tête que la percussion jouée par une personne ou des personnes qui n’ont pas le sens du tempo peut être aussi horrible qu’un terrible batteur! Gardez les partitions simples et régulières, et essayez d’ajouter de la variété et de la dynamique en ajoutant ou en enlevant des choses à mesure que la chanson progresse.

Les « shakers » sont bons pour créer ce sentiment du hi-hat, donnant un rythme régulier et persistant. Différents shakers ont des sons variés, alors en avoir une variété peut ajouter beaucoup d’intérêt. Les tambourins ont tendance à dominer, alors restreignez leur utilisation pour mettre un accent à l’endroit du snare, à moins que la chanson soit vraiment très chaude.

Évitez d’utiliser le tambourin pour mettre un accent sur le premier temps, cela a le même effet lassant et « anti-contemporain » que si l’église tapait sur le premier temps!

Ceci dit en passant, taper des mains donne un effet de percussion efficace qui, lorsque utilisé au bon endroit (!) peut vraiment faire lever un chant, et aide l’église à participer plus pleinement.


Où puis-je obtenir des partitions pour les instruments solos?

Les partitions pour les instruments ont toujours été difficiles à trouver, particulièrement pour les chansons plus récentes. Plusieurs groupes de louange d’églises n’ont pas le temps d’écrire leurs propres partitions, alors les instrumentistes sont laissés à eux-mêmes ou ils jouent simplement la mélodie. C’est dommage, parce que ces instruments peuvent ajouter tellement au son en général s’ils sont utilisés de façon soignée et appropriée.

Différentes maisons d’édition commencent à produire plus de ressources à cet effet. Ce sont des ressources utiles qui peuvent vous sauver du temps et de l’énergie. Mais la chose la plus excitante est d’écrire des arrangements vous-mêmes, ou de façon alternative, d’encourager vos instrumentistes à écrire leurs propres arrangements. Cela peut être incroyablement gratifiant, et vraiment ce n’est pas si difficile.

Une des façons est d’harmoniser la mélodie. Vous pouvez adapter une des quatre voix à cet effet. Vous pouvez aussi créer vos propres lignes mélodiques. À mesure que vous jouez l’arrangement piano, chantez une courte mélodie qui va se juxtaposer autour de la mélodie principale, en d’autres mots, dans les trous entre les lignes mélodiques. Réfléchissez ensuite quel instrument dans votre équipe va mieux l’interpréter. Et peut-être qu’un autre instrument
peut l’harmoniser une tierce en dessous, une sixte au-dessus, et le reste.

Prenez garde à ces trois choses : que votre ligne mélodique ne se superpose pas avec la mélodie d’une façon qui est distrayante, que vous n’en faites pas trop en remplissant chaque trou avec quelque chose, et que vous ne l’utilisez pas pour chaque couplet, sinon vous perdrez l’intérêt dynamique.

Cet article a été traduit et diffusé avec la permission de la revue Worship Together. Il y a des droits d’auteur internationaux et tous les droits sont réservés. Vous pouvez aller voir leur site internet à l’adresse suivante : http://www.worshiptogether.com/ . Pour de plus amples informations, vous
pouvez écrire à magazine@worshiptogether.co.uk

Version PDF de cet article

Laisser votre commentaire