“Débuter à partir de rien” – Commencer un ministère artistique

« Débuter à partir de rien » – Commencer un ministère artistique

Dans le best-seller, Megatrends 2000, les auteurs John Naisbitt et Patricia Aburdene rapportent que « les arts remplacent les sports comme activité de loisir privilégiée de la société ». En fait, disent les auteurs « les années 1990 vont donner naissance à une renaissance moderne des arts visuels, de la poésie, de la danse, du théâtre et de la musique à travers le monde développé ».

Qu’est-ce que cela signifie? Notre société devient de plus en plus cultivée au niveau artistique. Le chrétien moyen apprécie beaucoup plus et est plus au courant de l’expression artistique que jamais dans le passé. Les arts sont un langage que l’église doit vouloir parler si nous voulons continuer d’être le sel et la lumière de notre société. Êtes-vous prêts à relever le défi?

Voici des directives suggérées pour les églises intéressées à débuter un ministère artistique (comme l’art dramatique, le mime, la danse, etc.).

Prier

La prière doit être le point de départ pour deux raisons.

Premièrement, nous devons prier pour rechercher la volonté de Dieu et recevoir sa bénédiction. Tous les ministères sont risqués, mais celui qui désire parler le langage des arts est à la fine pointe d’un ministère pertinent culturellement pour ce pays. C’est pour cette raison que la direction de Dieu et sa bénédiction sont cruciaux à son succès, sinon plusieurs pièges potentiels nous attendent.

Deuxièmement, nous devons prier pour garder notre propre volonté en accord avec celle du Père. En utilisant les arts dans un ministère d’église peut souvent amener la controverse et la critique, habituellement de la part de l’église elle-même. Il est important que ceux qui cherchent à être impliqués poursuivent activement une croissance, une maturation et une relation enrichissante avec Dieu. Sinon, quand la critique vient, et je vous promets qu’elle viendra, ces personnes seront tentées facilement de répondre d’une façon peu spirituelle.

Soumettre

Discuter avec la personne appropriée dans votre église (c’est-à-dire le pasteur, un ancien ou un diacre) pour demander leur bénédiction et vous soumettre à leur supervision. Cela doit être fait longtemps avant que toute annonce publique soit faite concernant vos intentions de commencer un ministère artistique. Si ce n’est pas déjà une politique à votre église, je vous suggère de demander qu’un pasteur, un ancien ou un diacre soit désigné comme votre liaison constante avec le conseil de votre église; quelqu’un à qui vous êtes directement redevable et vers lequel
vous pouvez vous tourner pour une direction quand cela est nécessaire.

Hébreux 13:17 dit : « Obéissez à vos conducteurs et ayez pour eux de la déférence, car ils veillent sur vos âmes dont ils devront rendre compte; qu’il en soit ainsi, afin qu’ils le fassent avec joie, et non en gémissant, ce qui ne vous serait d’aucun avantage. » Notez que la Bible nous appelle à obéir à des gens et non à des règles. Nous devons respecter l’autorité de la personne, non une décision particulière. Il y a une différence. La vraie soumission biblique doit nous
conduire à obéir même si nous ne sommes pas d’accord avec les décisions prises par ceux à qui nous sommes appelés à nous soumettre.

Si vous obéissez seulement quand vous êtes d’accord avec la personne à laquelle vous avez à vous soumettre, à qui vous soumettez-vous? Réponse : vous-mêmes. La vraie soumission se montre soi-même authentique quand vous n’êtes pas d’accord avec la personne à laquelle vous avez à vous soumettre, et vous le faites de toute façon.
Débuter un ministère d’église en dehors de la volonté du conseil de votre église est, assez franchement, en dehors de la volonté de Dieu. Si les dirigeants de votre église ne vous donnent pas le feu vert, c’est le temps de retourner en prière.

Nommer les dirigeants

Votre ministère a besoin d’un dirigeant et peut-être d’un assistant ou deux. Cela peut être vous mais pas nécessairement. La décision doit être prise seulement après avoir recherché conseil auprès de l’autorité au-dessus de vous.

Le dirigeant peut avoir beaucoup ou pas d’expérience, de talent ou de maturité spirituelle si on le compare au groupe. Certainement, une bonne mesure de chacun sera nécessaire, mais une chose est cruciale : ils doivent être de bons dirigeants.

Un dirigeant doit être passionnément dédié à la vision du ministère et être capable d’aider les autres à saisir à la fois la vision et la passion.

Planifier

Avant que les autres ne puissent être invités à se joindre à l’équipe, les personnes en autorité dans l’équipe doivent avoir une direction et un but. Autrement, les autres ne sauront pas s’ils veulent se joindre ou pas.

  1. Quel sera l’accent de votre ministère : en haut, à l’intérieur ou à l’extérieur? (Cela veut dire adorer Dieu, édifier et instruire l’église ou l’évangélisation des pécheurs). Chacune des trois options est très différente.
  2. Avec quelle forme d’art de la scène êtes-vous ouvert à travailler : Art dramatique? Danse? Mime? Musique?
  3. Où planifiez-vous d’obtenir votre matériel? L’écrire vous-même ou l’acheter de l’extérieur?
  4. Y aura-t-il un âge limite pour les participants?
  5. Quand pratiquerez-vous?

C’est un bon moment pour consulter quelqu’un avec de l’expérience dans ce ministère. Peut-être que cela sera la même personne qui vous aidera à faire votre grand départ.

Annoncez

Des semaines avant l’événement du grand départ, utilisez des posters et des annonces pour bâtir l’anticipation. Soyez clairs au sujet de la vision de votre ministère et quelles personnes sont invitées à y participer.


Le grand départ

Il est préférable de débuter avec un grand coup. C’est là qu’une personne comme moi peut vous aider. Un orateur invité pour le culte du dimanche, une journée d’atelier, une prestation par un groupe invité ou une combinaison des trois peut aider à poser la fondation sur le plan de la connaissance et de l’enthousiasme pour ceux qui montrent de l’intérêt aussi bien que pour les dirigeants. L’importance de cette démarche ne doit pas être sous-estimée. Cela établit la norme pour tout ce qui suit.

Auditions

Un noyau de groupe composé d’individus engagés et choisis parmi ceux qui ont manifesté de l’intérêt est tout ce qui est nécessaire. C’est ici que les auditions commencent. Ce n’est pas tant que vous recherchez un niveau exceptionnellement haut de talent, mais simplement que vous vous assurez que le niveau minimal est atteint. Quelqu’un qui est monocorde ne doit probablement pas se joindre à la chorale. De la même façon, quelqu’un qui est incapable de jouer la comédie ne doit pas perdre son temps et le vôtre en se joignant à l’équipe d’art dramatique. Leurs talents particuliers, quels qu’ils soient, seront mieux utilisés ailleurs. C’est simplement une question d’économie et d’excellence par rapport au gaspillage et à la médiocrité. Demandez un engagement d’un an minimum pour ceux qui passent des auditions.

Pratique

Pratiquer une fois par semaine pour une durée de trois heures minimum (ex. 19h à 22h) est une bonne façon de débuter. Utiliser les premières minutes pour des partages personnels et des prières, suivi par une méditation qui est pertinente au ministère. Ensuite, discutez des sujets d’affaire comme les arrangements pour les prochains concerts, etc. Puis, c’est le temps de se lever et de s’activer. Commencez avec un réchauffement physique et artistique pour assouplir le corps et l’esprit. Ensuite pratiquez, pratiquez, pratiquez, en se souvenant que « la sueur huile
l’inspiration ».

Ponctualité et assistance

« Trois prises vous êtes retiré! (expression du base-ball) » C’est l’approche que j’ai utilisée et recommande maintenant : si quelqu’un est en retard de façon significative ou absent trois fois au cours d’une saison sans avertir la direction, ils est invité à quitter le groupe et à ré-auditionner l’an prochain.

N’ayez pas peur de laisser tomber un retardataire. Vous pouvez faire davantage avec 4-6 individus très engagés qu’avec 10-20 qui sont engagés seulement à moitié. En fait, quand les retardataires ne sont pas retirés, ceux qui travaillent fort peuvent devenir frustrés et découragés. C’est comme dans les Marines américains, nous recherchons « A Few Good Men » (Quelques Bons Hommes – et Bonnes Femmes!).

Engagement envers l’excellence

Malheureusement, plusieurs dans l’église actuelle sont freinés par la croyance commune que la forme et la technique ne sont pas importants quand on les compare au contenu. Cela fait que la majorité de « l’art » produit par les chrétiens, bien qu’emballé avec le message de l’évangile, n’est pas de bonne qualité et doit être qualifié de propagande religieuse plutôt que d’art biblique. Une telle approche pour l’expression créative n’a aucun fondement au niveau de l’enseignement biblique et rend un très mauvais service à notre Seigneur.

De plus, l’incompétence joue habituellement le rôle d’une distraction par rapport à l’impact du message de l’Évangile. Quand un musicien ou un chanteur manque de zèle, semble trop nerveux ou fait des fautes évidentes dues à un manque de pratique, l’attention de l’auditoire est mise sur lui ou elle, et cela davantage que lorsque l’artiste exécute une performance professionnelle.

De l’autre côté, la supériorité artistique de n’importe quel travail sert à libérer l’esprit de chaque personne de l’auditoire pour recevoir le message avec intérêt et anticipation. Alors, pendant que l’artiste chrétien joue devant nous avec excellence, l’auditoire est capable non seulement d’écouter le message mais aussi de l’expérimenter. Chaque fois que nous mettons en place de l’art qui est rempli du contenu de l’évangile et en même temps dépourvu d’excellence artistique, nous renions un cadeau qui nous a été donné par Dieu lui-même.

Écoutons les Écritures : « Tout ce que ta main trouve à faire avec ta force, fais-le (Écclésiaste 9:10) » et n’appliquons rien de moins à notre art qu’au reste de nos vies.

Version PDF de l’article

Laisser votre commentaire