Dix conseils pour donner vie à vos cultes d’adoration

Dix conseils pour donner vie à vos cultes d'adoration

Bien qu’elle partage son nom avec plusieurs autres églises à travers les États-Unis, l’église New Hope Community à Rancho Cucamonga, Californie (USA), est une assemblée indépendante de croyants qui a comme optique de fonder les croyants dans l’enseignement de Jésus et d’atteindre sa communauté avec l’amour de Jésus-Christ. La louange et l’adoration jouent un grand rôle dans l’accomplissement de ces deux buts.

Rancho Cucamonga, en 1986, était la communauté qui avait le plus haut taux de croissance aux États-Unis et avait besoin de nouvelles églises pour accueillir les gens qui déménageaient. Cet été-là, l’idée d’implanter une église au sein d’une église existante dans la ville, l’Église baptiste Community (Ben Logan était le pasteur senior), a initié une série de grillades en plein air (barbecues) pour communiquer les caractéristiques distinctives de la nouvelle église.

Le culte d’adoration serait contemporain et stimulant, de façon à fournir un environnement où à la fois les croyants et les personnes en cheminement pourraient se rapprocher de Dieu. Notre premier objectif concernant la louange était (et ça l’est toujours) que les gens rencontrent Dieu et que leurs vies puissent être différentes quand ils quittent l’église par rapport à quand ils sont arrivés. Bien que simple, le but demande une bonne dose de flexibilité à travers lequel l’Esprit de Dieu peut travailler.

L’église New Hope Community a ouvert ses portes en octobre 1986 dans une salle d’hôtel de sa localité. En 1987, l’église a déménagé dans un parc d’entreprises, où elle continue de tenir des cultes. Un culte du vendredi soir a été ajouté aux deux cultes déjà au programme le dimanche matin. La même musique, la même prédication, mais des gens différents. L’assistance croît au même rythme que la croissance de la population (36 %), et l’église a grandi de 30 familles en 1986 à une assistance hebdomadaire de 380.

Aujourd’hui, la fondation de l’église New Hope Community continue à travers ses gens, des gens qui rencontrent Dieu et où Dieu change leurs vies. Bien que je sois pasteur des arts du culte, quatre autres personnes ont été entraînées pour diriger le culte en mon absence. Quatre différentes équipes font une rotation pour partager le ministère de diriger le chant lors des fins de semaine. Le pasteur senior Byron Spradlin, qui a été conférencier lors de séminaires de louange à travers le monde entier, est aussi bien qualifié pour diriger l’adoration.

De prime abord, nos cultes ont une bonne base musicale, avec un bloc d’ouverture de 10 à 15 minutes de chants de louange rythmés et joyeux. Les annonces suivent, habituellement ponctuées par un témoignage ou une entrevue d’une personne à travers laquelle Dieu a travaillé. Les 15 ou 20 minutes suivantes permettent de la musique, la lecture des Écritures, de la prière dirigée, des partages ouverts au microphone et occasionnellement une pièce d’art dramatique pour diriger le culte vers le thème du service. Une étude biblique suit, et le culte se termine avec un ou deux chants de réflexion. L’équipe de musique joue pendant que les gens quittent la salle de culte. C’est un format typique; les cultes se ressemblent rarement d’une semaine à l’autre.

Les conducteurs de louange ne peuvent permettre à une personne de s’approcher de Dieu; seulement le Saint-Esprit le peut. Ayant débuté 2 cultes contemporains dans 2 églises différentes et faisant partie de l’équipe stratégique de louange dans une troisième, je me suis aperçu que certains principes de direction de la louange demeurent vrais quelle que soit la situation. J’ai aussi appliqué ces principes lors des camps et conférences où j’ai dirigé la louange depuis 1973. Ces principes sont élémentaires, mais sont occasionnellement mis de côté par les conducteurs de louange les plus expérimentés.

Doug Murren, pasteur de l’église Eastside Foursquare, à Kirkland, Washington (USA) a ouvert la porte pour cet article avec un autre intitulé « Les 17 erreurs les plus communes d’un nouveau conducteur de louange » (Ministries Today, September/October 1991, pp. 86-87). Les éléments inclus dans la liste comprennent : temps de louange trop long, laisser les gens debout trop longtemps, enseigner trop de chants la même semaine, mettre l’attention sur soi, fermer les yeux trop souvent et ne pas se préparer spirituellement pour le moment d’adoration. Ses observations montrent une grande perspicacité, et cela est rafraîchissant de voir écrites plusieurs des choses dont j’avais l’intuition depuis longtemps. Comme complément à ses trouvailles, et dans l’intérêt d’améliorer notre louange et notre adoration à Dieu, j’offre les suggestions suivantes :

1. Planifier adéquatement la louange.

S.V.P. me croire quand je dis qu’il n’y a rien de mal avec la spontanéité. J’encourage la spontanéité durant la louange et l’adoration, en changeant souvent l’ordre des chansons ou en introduisant de nouvelles chansons qui n’ont pas été pratiquées par l’équipe de louange. Trop souvent néanmoins, la spontanéité est le substitut pour une mauvaise planification, ou pour pas de planification du tout. Je ne sais pas qui a dit cela ou quand, mais quelqu’un quelque part a déjà mentionné que notre Dieu est un Dieu spontané et donc, que nous devons être spontanés nous aussi.

La création de Dieu nous hurle qu’Il n’est pas un Dieu spontané. Tout ce qu’Il a créé a été planifié et exécuté avec précision, préméditation et excellence. Comme conducteurs de louange, nous devons suivre son exemple de planification alors que nous remplissons notre rôle de créateurs de cultes d’adoration.

Nous, comme conducteurs de louange, devons toujours être sensibles à l’Esprit de Dieu et à la direction qu’Il désire pour la louange. De toute façon, pourquoi n’est-il pas possible pour Dieu de nous inspirer quatre semaines à l’avance comme il pourrait le faire durant le culte lui-même? Dieu n’a pas besoin de quatre semaines pour inspirer nos moments de louange, mais quelquefois cela nous prend quatre semaines pour l’entendre. Si nous avons bien écouté Dieu pendant quatre semaines tout en réfléchissant au culte à venir, nous serons bien mieux préparés pour conduire ses adorateurs.

Planifiez à l’avance. Priez à l’avance. Demandez à Dieu. « Que veux-tu dire à ton église le mois prochain? » Pour planifier efficacement, répondez à ces quatre questions avant de planifier le culte :

  1. Quelle est ma personne cible? Sélectionnez un individu ou un couple dans l’église qui personnifie la cible que vous désirez atteindre.
  2. Où en est cette personne? Quelle est la situation de cette personne quand il ou elle vient à l’église?
  3. Quels sont les besoins de cette personne?
  4. Comment puis-je le mieux répondre à ses besoins?

Essayez de répondre à ces quatre questions avec l’environnement que vous essayez de mettre en place.

Plusieurs formes de cultes d’adoration existent. Les cinq parties de l’approche de Eddie Espinosa sont basées sur le psaume 95 (Venez, chantons avec allégresse à l’Éternel! Poussons des cris de joie vers le rocher de notre salut. Allons au-devant de lui avec des louanges, faisons retentir des cantiques en son honneur! Car l’Éternel est un grand Dieu, Il est un grand roi au-dessus de tous les dieux. Il tient dans sa main les profondeurs de la terre, et les sommets des montagnes sont à lui. La mer est à lui, c’est lui qui l’a faite; la terre aussi, ses mains l’ont formée. Venez, prosternons-nous et humilions-nous, fléchissons le genou devant l’Éternel, notre créateur! Car il est notre Dieu, et nous sommes le peuple de son pâturage, le troupeau que sa main conduit… Oh! si vous pouviez écouter aujourd’hui sa voix! N’endurcissez pas votre coeur, comme à Meriba, comme à la journée de Massa, dans le désert, où vos pères me tentèrent, m’éprouvèrent, quoiqu’ils vissent mes oeuvres. Pendant quarante ans j’eus cette race en dégoût, et je dis : c’est un peuple dont le coeur est égaré; ils ne connaissent pas mes voies. Aussi je jurai dans ma colère : ils n’entreront pas dans mon repos!). Certains conducteurs suivent le modèle suivant : adorer, confesser, remercier et partager (supplier). Une bonne équipe de planification va suivre une certaine ligne de conduite. Explorez et utilisez ce qui va le mieux fonctionner pour votre situation de culte.

Après la planification du culte et la mise en place de tous les petits détails, alors la spontanéité devient plus facile. Maintenant vous savez où vous allez et comment vous allez faire pour vous y rendre. Si quelque chose survient à la dernière minute qui va améliorer le culte, ou si vous sentez que l’Esprit de Dieu vous suggère de faire quelque chose, alors faites-le! La spontanéité sans la planification mène au chaos. La spontanéité planifiée est habituellement de l’inspiration.

2. Incorporer un thème dans le culte d’adoration.

Jésus suivait un thème dans ses discours. Chaque psaume contient un thème. Le pasteur souligne un thème dans son message. Alors vous devez incorporer un thème dans votre culte d’adoration.

Trouvez le titre du message du pasteur. Explorez les passages de l’Écriture qu’il enseigne. Déterminez un enchaînement du thème qui peut donner une direction au culte en entier. Écrivez le thème en 10 mots ou moins. Planifiez tous les éléments en accord avec ce thème, les hymnes, les cantiques, les numéros spéciaux, les présentations de la chorale, d’art dramatique et même les annonces. Si un élément du culte ne met pas en valeur le thème, enlevez-le.

Planifier avec un thème en tête va améliorer votre créativité. Pendant que vous travaillez à l’intérieur d’un thème, il peut apparaître clairement qu’un certain élément du culte va capturer et rehausser la vérité de la Parole de Dieu mieux qu’un autre. Une lecture dramatique peut clarifier un thème mieux qu’une chanson en particulier. Utilisez le thème pour former la direction du culte que vous planifiez. Suivre un thème simplifie aussi les transitions entre les éléments du culte et l’améliore. Si le thème d’un culte en particulier est « Dieu nous sauve par le sang de Jésus » (les thèmes n’ont pas besoin d’être créatifs, seulement véritables), alors, à la place de dire « Bon matin! Réjouissons-nous pour cette merveilleuse journée que Dieu a faite, » vous pouvez introduire le thème du culte dès le commencement. « Bon matin! Réjouissons-nous en Jésus, notre rédempteur, pendant que nous élevons son nom en chantant. » Vous comprenez.

Finalement, communiquez le thème à tous ceux qui ont part au culte. Le pasteur, l’organiste, la chorale, le guitariste, les placeurs, les gens de l’accueil, tous ceux qui sont en mesure de véhiculer le thème du culte. Cela doit avoir 10 mots ou moins et ils doivent être capables de s’en rappeler.

3. Formez une équipe de planification de la louange.

Aux yeux de certains conducteurs de louange, les cultes d’adoration sont des spectacles en solitaire (one-man shows), et puis le pasteur vient pour parler. Les spectacles en solitaire sont monotones, particulièrement si les talents de la personne en question sont limités. Le conducteur de louange talentueux sait comment utiliser les ressources que Dieu lui a données. Une de ces ressources comprend les personnes de votre église.

Entourez-vous d’une équipe de planification de la louange. L’équipe n’a pas besoin d’être musicale, seulement créative. Trouvez des gens qui ont le désir d’essayer de nouvelles choses. Il a été dit que la créativité est un nouveau regard sur les choses familières. Enseignez l’équipe comment planifier un culte d’adoration et donnez aux membres à la fois la liberté et l’autorité de le faire. Enseignez-leur comment regarder d’un oeil nouveau les choses qu’ils font actuellement. Vous constaterez rapidement que vous ne pouvez contenir l’énergie déployée par une équipe qui exerce un ministère de cette façon. La dynamique d’une équipe de planification apporte de nouvelles idées, et ces idées seront pertinentes à votre situation de culte si les personnes qui sont impliquées sont représentatives des personnes de votre église.

Laissez l’équipe planifier le dernier culte du mois ou n’importe quelle autre semaine. Après un peu de pratique et en bâtissant la confiance, vous vous sentirez confortable de les avoir pour planifier chaque semaine.

Une bonne équipe de planification va créer des façons de communiquer d’une manière que vous ne pouvez imaginer. Une fois que vous aurez leurs idées, vous devrez en prendre et en laisser. Quelques suggestions (et vous devez être certain que l’équipe de planification sait que les suggestions sont seulement des suggestions) devront être éliminées parce qu’elles sont soit déraisonnables ou impossibles à réaliser. Toutefois, ne soyez pas trop rapide à trancher dans le travail de l’équipe. Cela peut devenir facilement décourageant si vous le faites. Une précaution : allez-y lentement avec les nouvelles idées. De façon ultime, la responsabilité de ce qui est implanté tombe sur vous comme conducteur de louange. Utilisez votre bon sens et trouvez un bon équilibre.

Trois choses sont accomplies en établissant une équipe de planification : (1) Les cultes ne se ressemblent pas de semaine en semaine. (2) Les spectacles en solitaire sont éliminés. (3) Le corps de Christ (l’église) commence à fonctionner comme un corps. Les gens créatifs, qui ont habituellement de la difficulté à se trouver une place dans l’église, commencent à se sentir utiles et appréciés, et vous obtenez du repos au niveau de la planification de culte seulement en accomplissant votre travail.

Pour votre propre bénéfice et votre protection, invitez le pasteur enseignant à faire partie de l’équipe. Vous ne voulez pas faire quelque chose dans son dos. Au contraire, il peut vous donner de judicieux conseils concernant la direction du culte. Utilisez chaque atout que vous pouvez trouver pour avoir du succès dans le culte d’adoration.

4. Mémorisez des versets bibliques.

Cet élément rejoint de près l’observation de Doug Murren qui dit que les nouveaux conducteurs de louange n’utilisent pas la Bible lors des cultes. Toutefois, la raison pour laquelle les conducteurs de louange expérimentés n’utilisent généralement pas l’Écriture est qu’ils ne la connaissent pas. Je suis surpris de constater combien de conducteurs de louange n’accomplissent pas cette tâche élémentaire de diriger le culte. Quand on a la tâche de créer un environnement qui conduit les gens à rencontrer Dieu, il est irresponsable de ne pas utiliser l’outil qui peut accomplir le travail le plus efficacement, la Parole de Dieu. Imaginez cela, à la fin d’un chant en particulier (que vous avez planifié des semaines à l’avance), l’Esprit de Dieu vous dit : « Montre-leur ce que Jésus a enseigné à propos de Moi sur le chemin vers Jérusalem (Luc 19:37) ». Vous prenez votre courage à deux mains et tournez les pages de votre Bible, en pensant en vous-même, où était-ce? Et marmonnant dans le microphone vous dites : « Pardonnez-moi, mais je cherche un passage en particulier. » Trop souvent, la Bible n’est pas à portée de mains sur l’estrade, et si vous êtes premièrement un guitariste comme je le suis, alors une telle transition devient difficile et brise la continuité du culte. Mémorisez un passage substantiel du livre des Psaumes. Mémorisez Colossiens 1:1-18. Apprenez Philippiens 2:1-13. Mémorisez tous les grands passages au sujet de Jésus. Apprenez le verset clé du message du pasteur pour la semaine en question et une référence qui appuie le thème du culte. Mémorisez un verset clé qui appuie chacune des chansons que vous chantez pour un culte en particulier.

Le secret pour mémoriser est de le faire avec une personne de laquelle vous êtes redevable. Si vous n’avez pas des rencontres hebdomadaires avec quelqu’un pour répondre aux sept questions de Chuck Swindoll mentionnées dans le livre de Charles Colson « Le Corps » (The Body), alors commencez aujourd’hui, tout de suite! Les femmes, vous aussi. Ajoutez aux sept questions une huitième : « Avez-vous mémorisé un verset de la Parole de Dieu cette semaine? » Gardez la Parole de Dieu dans votre coeur, pas sur votre bureau.

Dieu vous demandera habituellement d’utiliser les passages que vous connaissez durant le culte, mais ne prenez pas de chance. La prochaine fois qu’Il vous le demandera, vous serez prêt. Sa Parole ne retournera pas à Lui sans effet. Quelquefois, la vôtre le fera.

5. Faites des transitions douces entre un élément du culte d’adoration vers un autre.

Des transitions maladroites résultent en de grands trous de silence diffus. Les gens de la télévision appellent cela une « onde morte » (dead air). Le silence est bien, et peut être une part utile du culte, mais c’est inacceptable si cela n’est pas intentionnel.

La clé ici est d’aller du point A au point B sans interrompre le déroulement du culte. La planification va habituellement éliminer les temps morts du culte, car vous saurez où vous vous en allez. Quand vous savez ce qui s’en vient, il est plus facile de le faire et de le faire rapidement.

Annoncez aux gens les personnes qui s’en viennent sur l’estrade de façon à ce que lorsqu’un élément se termine, le suivant commence tout de suite. Un pasteur avec qui j’ai travaillé attendait toujours que le directeur de la chorale ait terminé de descendre les marches de l’estrade pour se lever et se diriger vers la chaire. Pour l’église, ce donnait un riche 30 secondes d’observation à regarder des hommes marcher. La même chose peut être expérimentée dans un défilé, et c’est en général plus intéressant. Évitez de telles mauvaises transitions durant un culte d’adoration. Sachez ce que vous faites et allez-y rapidement. Le culte va se dérouler en douceur si vous le faites.

6. Donnez des instructions claires et pertinentes.

Cette simple suggestion va aider quiconque passe la porte à se sentir confortable. Vous savez ce que vous faites durant un culte d’adoration. Les personnes qui assistent régulièrement s’attendent à certaines choses. Les cultes d’adoration, comme toutes choses, deviennent familiers avec le temps. Les personnes qui assistent régulièrement connaissent les indices du culte, ex. lorsque les premiers accords se font entendre durant un moment de prière, les gens savent que cet élément est bientôt terminé. Toutefois, les visiteurs ne savent pas ce qui s’en vient après. Les visiteurs sont à la merci de la personne en face d’eux, et si cette personne est aussi un visiteur, ouch! Souvenez-vous que les visiteurs n’ont jamais assisté à vos cultes et ne sont pas familiers avec le style de culte de votre église. Expliquez-leur ce que vous avez l’intention de faire. Personne n’aime les surprises, et un visiteur sera hésitant à revenir s’il a été embarrassé.

Quelques mots d’explication vont clarifier la plupart des situations. « Levons-nous ensemble pour venir devant Dieu ». Quelquefois, simplement un bras levé dira aux gens que vous désirez qu’ils se lèvent. D’autres signes non verbaux peuvent aussi être utilisés.

La prière est difficile à détecter sans quelques indices verbaux. Trop souvent, les conducteurs de louange sont dans leurs deux premières phrases de prière avant que l’église ne réalise ce qui se passe. La prière demande une certaine préparation mentale. Instruisez-les comment prier durant votre introduction, « Venons devant le grand trône de la grâce pour prier notre grand Dieu et Père céleste ce matin », et faites un geste en même temps.

7. Encouragez toujours la louange.

Trop souvent, j’ai entendu des conducteurs de louange dire à l’église, « Dieu ne peut être satisfait avec le fait de chanter comme cela », quand en fait, Dieu ne peut être satisfait avec le fait de conduire la louange comme cela. D’autres découragements subtils sont par exemple : « Cette fois-ci, chantez-le comme si vous le pensiez vraiment », « Une autre fois et avec coeur cette fois-ci » et « Un peu plus fort, s’il vous plaît! » Permettez à l’Esprit de Dieu de faire son travail dans la vie du croyant en Son temps. Jésus a dit, « les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité » (Jean 4:23), pas en « esprit et en volume ». Soyez un conducteur de louange, pas un amuseur public. Créez une atmosphère positive et encourageante pour le culte, et expérimentez la présence de Dieu au-delà de ce que vous entendez de vos oreilles.

8. Gardez pour vous les blagues entre amis.

À mesure que vous connaissez de mieux en mieux le personnel de l’église et les membres, il y a une tendance à faire des commentaires à partir de l’estrade qui ont peu rapport soit avec le culte ou les membres que vous dirigez. Évitez les blagues entre amis. Personne ne s’en soucie à part ceux qui sont concernés. Si vous sentez le besoin de dire combien la partie a été formidable la veille ou comment le dîner avec les Johnson a été merveilleux, la prochaine fois invitez l’église en entier. Rien n’isole un croyant plus que d’avoir le sentiment qu’il ne fait pas partie du groupe. Évitez de tels commentaires.

9. Mémorisez votre musique.

Connaissez vos chansons. Ne vous fiez pas à votre livre de cantiques tout le temps. Regarder la musique tout le temps a le même effet que de toujours fermer les yeux : vous avez l’air de ne pas connaître votre affaire.

Communiquez avec les croyants avec un contact visuel. Laissez la musique couler de votre coeur. Permettez à la joie et à l’espérance de Jésus d’être exprimée sur votre visage. Regardez les gens. Observez-les apprécier leur rencontre avec Dieu et laissez-les transporter votre expérience vers de nouveaux sommets. Laissez-les voir et partager ce que Dieu fait dans votre vie à ce moment précis.

10. Obéissez aux lois sur les droits d’auteur.

Ce n’est pas une nouvelle idée, mais cela en est une qui semble se répéter, en considérant combien de conducteurs de louange l’enfreignent encore. Obéir aux lois a un grand impact sur le culte. Nos corps sont un « sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. » (Romains 12:1). Les autorités qui existent ont été instituées de Dieu (Romains 13:1).

Avec la formation de Christian Copyright Licensing, Inc. (CCLI), les conducteurs de louange n’ont pas d’excuses pour enfreindre la loi (comme ils le faisaient autrefois). Il est illégal de copier de la musique sans la permission de la maison d’édition ou de CCLI. Pas de si, et/ou mais. Si vous le faites, cela vous coûtera une forte amende fédérale et la possibilité d’aller en prison. Essayez d’expliquer cela à votre église.

CCLI vous permet d’utiliser des hymnes et des chants de louange couverts par les droits d’auteur (ceux qui ne sont pas du domaine public) sans avoir à rechercher chaque maison d’édition et leur écrire pour obtenir leur permission de les utiliser. Avec un paiement annuel basé sur votre assistance hebdomadaire moyenne, vous obtenez un permis qui vous permet en toute légalité de réimprimer les paroles des cantiques de louange pour des bulletins, pour des acétates (transparents), sur des diapositives, tenant pour acquis que les chants sont utilisés pour le culte de l’église. Aussi, les feuilles de chants (provenant des livres de cantiques) peuvent être copiées pour être insérées dans des bulletins, pour faire un livre de cantique sur mesure pour l’église ou pour des acétates (transparents). De plus, quelques enregistrements de chansons sont maintenant permis. Tout ce que vous avez à faire est de payer les frais, suivre les règles et garder un enregistrement de tout ce que vous copiez durant une période de six mois à chaque deux ans. Ce qui n’est pas couvert : la musique de chorale, la musique d’ensemble et l’enregistrement de solos qui utilisent des bandes sonores préenregistrées. Pour plus d’information au sujet de CCLI et les droits d’auteur, contactez la compagnie au téléphone (800) 234-2446; télécopieur (503) 257-2244.

Conclusion

La conduite de la louange est un grand appel de Dieu, et les hommes doués ont répondu à l’appel depuis le temps de Moïse jusqu’à présent. Et comme dans tous les domaines qui requièrent de l’excellence, les pièges sont nombreux. Habituellement, pour le conducteur de louange expérimenté, un simple rappel sur les pièges est suffisant pour les identifier et y remédier. Toutefois, certains domaines demandent du travail et du zèle pour les corriger. Ayez du zèle de façon à être approuvé par le Conducteur de tous les cultes. Aspirez à l’excellence dans votre conduite de la louange. Faites tout ce qui est en votre pouvoir pour donner de la vie à votre culte actuel et pour l’améliorer. Vous verrez le fruit presque instantanément en les voyant refléter votre nouveau regard sur les choses familières et réaliser que Dieu est tellement près de leurs coeurs.

 

Doug Hanks est pasteur des arts du culte à l’église New Hope Community à Rancho Cucamonga, Californie (USA). Cet article a été traduit et réimprimé avec la permission du magazine Worship Leader. Si vous êtes intéressé à vous abonner à Worship Leader, S.V.P. appeler 1-800-286-8099. Visitez leurs sites internet à www.worshipleader.com et www.songdiscovery.com.

 

Version PDF de cet article

2 commentaires

  • je dirige une très jeune communauté évangélique à Abidjan; je suis très intéressé par de tels enseignements sur le culte, pris dans ses aspects de louange et d’adoration. Dieu vous bénisse.

    Paul David PALEBI 30 juillet 2014
  • Je suis Camerounaise choriste chantre et je suis heureuse d’avoir trouvé de tels enseignements sur le culte demeurons béni

    Marceline Michou Alima 30 juillet 2014

Leave a comment

Your email address will not be published.